• Le vent chaud

     

        Le vent chaud !

     

        Le vent chaud est sur moi, il me tient dans son souffle. Maintenant parlerai-je ?

        Certes, je te dirai, ta figure et ta face.

        Comme le bon ouvrier qui tient la pointe et le marteau, qui porte le ciseau,

        qui taille la planche et l'armoire.

       Comme le bon ouvrier, qui a choisi l'arbre et le ciseau, qui fait sauter l'angle et polit la place.

     

        Maintenant c'est moi qui te dirai, ta beauté, ta pensée.

        Ton corps et ton rayonnement. Et l'ombre du sommeil, sur tes yeux et tes mains, 

        c'est moi qui la dirai, la paix du soir.

        Et qui t'emporterai, à travers le temps, plus loin que je n'irai moi-même,

        ta forme et ta durée.

     

        Plus loin que je n'irai, à la grâce du temps, comme le vent qui emporte le cri.

        C'est moi qui te dirai, ton ombre et ton image.

     

        Et le vent chaud m'emportera dans son souffel, moi qui serai ta voix, 

        et toi l'écho de ma pensée.

     

    Marcelle Delpastre, traduit de l'occitan (limousin) en français par elle-même.

     

    Lo vent chaud

     

        Lo vent chaud !

     

        Lo vent chaud es sus ieu, me ten dins sa bufada. Aura parlarai-ieu ?

        O segur te dirai, ta semblança e ta facia.

        Coma lo bon obrier qui ten la poncha e lo marteu, qui pòrta lo ciseu,

        qui talha la pòst e l'armari.

        Coma lo bon obrier, qu'a chausit l'aubre e lo ciseu, qui fai volar lo pan e ne'n lisa la plaça.

     

        Aura quo es oeu qui te dirai, ta beutat e ta pensada.

        Ton còrs e ta raiada. E l'ombra dau durmir, sus tos uelhs e tas mans,

        quo es ieu qui la dirai la patz de la serada.

        E qui t'emportarai, la trauchada dau temps, pus lonh qu'anirai ieu,

        ta fòrma e ta durada.

     

        Pus long que me'n nirai, a la mercès dau temps, coma lo vent n'empòrta la cridada.

        Quo es ieu qui te dirai, ton ombra e ton image.

     

        E lo vent chaud m'emportara dins sa bufada, ieu qui serai ta votz,

        tu lo resson de ma pensada.

     

     

    Marcelle Delpastre


  • Le printemps

     

        Il revient, il revient sûrement, le printemps.

     

        Et toi qui étais si fatigué, ouvre les yeux, regarde vert, le vert des prés qui traverse l’aube.

     

        Par delà comme une nuée d’abeilles le saule s’enivre. La grive là-bas aiguise le temps,

        le merle file l’eau, le vent de quelque part s’approche. Donne-m’en !

     

        Le soleil, la pluie, le vent, j’en veux ! S’ouvre la terre. Elle sent la graine sous sa peau

        qui travaille. La racine s’est éveillée. La larve qui dormait aux profondeurs,

        l’aile lui germe, je l’entends feuille double qui monte pour s’ouvrir dans la rosée.

     

        Le soleil brille, donne m’en ! IL s’étend sur le dos, il rit à se décrocher la mâchoire.

        Terre ! Tu fleuriras. Du plus noir de la nuit gonfle ton souffle.

     

        Et le printemps reviendra certes. 

     

    Marcelle Delpastre, traduit de l'occitan (limousin) en français par elle-même.

    " Née et morte à Germont, commune de Chamberet en Corrèze où elle a toujours vécu, Marcelle Delpastre est un auteur majeur de la littérature occitane contemporaine. En occitan comme en français, elle s'est illustrée dans tous les genres: poésie, contes, mémoires,ethnographie, etc.  "  (Charles Camberoque)

     

    La prima

     

        Tòrna be, tòrna plan, la prima.

     

        Etu qu'eras tan desprimat, duebre los uelhs e 'viesa verd, lo verd daus prats que traucha l'auba.

     

        Per delai coma un fum d'abelhas lo salé s'esniura. la trida alaens 'gusa lo temps,

        lo merle fiala l'aiga, lo vent segur d'en quauqu'un luec s'aproisma. Balha-me'n !

     

        Lo solelh, la plueja, lo vent, ne'n vòle ! - s'esbandis la terra. E sent la grano jos sa peu

        que trabalha. La raiç se's desvelhada. E lo varun que durmia priond,

        l’ala li germena, l'auve montar fuelha dobla per se dubrir dins la rosada.

     

        Lo solelh raia, balha-me'n ! S'estend sus l'eschina, ritz que se'n esbadalha.

        Terra ! Que floriras. Dau pus priond de la nuech ufla tun alenada.

     

        E la prima tornara be.

     

    Marcelle Delpastre


  •  

    « La Patience - a une Apparence paisible-

    La Patience - Regarde au fond-

    C’est la force futile d’un insecte

    Entre deux- Infinis-



    Fuyant de l’Un - à l’Autre

    S’élançant sans succès -

    La Patience - c’est l’effort de Sourire

    Au milieu des frissons. » 

     

     

    " Prisonnier ne seras -

    Là où la Liberté -

    Elle même - demeure en Toi - "

     

    Emily Dickinson, in Quatrains et autres poèmes brefs